ORIGAMI – Les Replis du Temps

anat1

Je ne suis pas de ceux, d’icelles qui maudissent les temps
Car je ne suis ni ceux ni celles qui s’accrochent aux tourments
Prends garde à l’espoir qui brise le présent
Il n’est de temps à remettre qui ne vaille cet instant

Aux ailes des éphémères plus légères que le vent
S’accrochent les promesses d’ailleurs, un autre printemps.
A l’âtre des présents éternels, je consume l’encens
Vœux des meilleurs en devenir et des bons sentiments

Je ne suis pas de ceux, d’icelles qui maudissent les gens
Car je ne suis ni ceux ni celles qui croient aux jugements
Prends garde au regret qui altère le présent
Il n’est de temps à revivre qui ne vaillent cet instant

Aux replis du temps fanent les saveurs passées
Une fleur de pensée séchée entre deux pages oubliées
Ne rappelle jamais le livre des étés bien vécus
Comme ces bouquets, sitôt cueillis, sitôt perdus

Je ne suis pas de ceux, d’icelles qui passent le temps
Car je ne suis ni ceux ni celles qui voguent aux courants
Prends garde à l’instant qui délie le présent
Il n’est qu’un temps à vivre, il est maintenant

La pensée nourrit le geste qui épouse la destinée
Esprit fugue joue les notes qu’accroche cette portée
A nos sons mêlés, ivres dansent tous les hommes
Sourds à l’appel d’abandon que délivre l’Automne
Je suis de ceux et celles qui aiment tous les temps
Car je suis de ceux, de celles qui espèrent en vivant
Prends garde à l’instant qui fige le présent
Il n’est plus temps à vivre, il est temps maintenant

Douce coupe de vie recueille le doux onguent
Pour l’y cueillir cette main en calice qui se tend
Hiver de tous les hommes qui givre cet instant
Révèle cet autre devenir à celui qui prit le temps

 

Douce de Vialère

Laisser un commentaire